A41

Inauguration de l’autoroute privée A41 Annecy-Genève : bémol du CLE

 

Inauguration de l’autoroute privée A41 Annecy-Genève: face aux déclarations unanimement favorables, le CLE Conseil lémanique pour l’environnement souhaite mettre un bémol à cet engouement.

 

On nous propose Annecy – Genève en 30 minutes, mais où iront les véhicules ? La rue des Deux-Ponts à la Jonction où se termine l’autoroute verra sa capacité diminuer de 50% avec l’arrivée du TCOB (Tram Cornavin-Onex-Bernex), les travaux commencent au début de l’année 2009 Les routes des Acacias et de St Julien sont saturées. Ne faut-il pas craindre un envahissement de toutes les routes secondaires de Genève – Sud ?

 

Annecy ne sera pas la banlieue friquée de Genève, nous rassure-t-on, mais les chiffres montrent que l’axe Annecy – Genève est le seul secteur de la région qui connaisse un accroissement des demandes immobilières, malgré la crise.

 

Plus dérangeant, les mesures d’accompagnement sont dérisoires, un ou deux autobus supplémentaires, quelques places de covoiturage, c’est nettement insuffisant. Les moins mauvaises liaisons ferroviaires prennent 1h25, avec parcours partiel en autobus et changement à Annemasse. Le CLE doit constater que le rail est resté le parent pauvre de la Haute-Savoie, malgré les efforts de la Région Rhône-Alpes pour développer le réseau ferroviaire. Il faut relever que des propositions importantes de nos associations pour améliorer la desserte ferroviaire de la Haute-Savoie dans le cadre du projet d’agglomération franco-valdo-genevois (P-FVG) n’ont pas été retenues, les élus estimant qu’elles n’étaient pas prioritaires ! Alors même que la part des transports publics dans ce département n’atteint qu’un maigre 2 à 3%.

 

De plus, l’autoroute va à l’encontre des objectifs de développement durable que s’est fixé le projet d’agglomération FVG qui est de favoriser les transports publics et de restreindre l’usage des véhicules individuels pour réduire la pollution atmosphérique importante dans notre région.

 

Il n’est pas tenu compte non plus de l’emprise très importante des terres agricoles, ni de la crise énergétique dans laquelle nous sommes déjà tombés. Avec le renchérissement du prix des carburants et des bouleversements sociétaux que tous les experts prédisent à la suite de cette crise, nous aurons besoin de toutes les terres agricoles disponibles.

 

Demandes du CLE

Le CLE demande que les pertes de terres agricoles soient compensées pour au moins minimiser l’impact négatif de cette autoroute.

 

Afin de résoudre le problèmes de congestion de la circulation et d’atteinte à l’environnement le CLE propose notamment :

 

  • La mise en place du train-tram de Genève-Sud qui desservirait Bellegarde (01) - St Julien (74) - Bachet et Cornavin (GE) - jusqu’à Gland ou Rolle (VD). Cette proposition relativement peu coûteuse doit être réalisée en priorité, car elle permettrait de désengorger la région de Genève-Sud par la construction d’une nouvelle ligne St Julien – Bachet.

Il faut relever que les élus de la région ont retenu prioritairement le prolongement du tram de Moillesullaz à Annemasse qui sera déjà desservi par le CEVA, alors que l’axe St Julien - Genève n’aura pendant très longtemps qu’un bus pris dans les embouteillages.

  • La construction du “shunt” (raccourci) d’Ambilly qui permettrait de réduire le trajet entre Genève et la vallée de l’Arve et Annecy. de mettre en place rapidement des liaisons directes Genève - Annecy sans changement à Annemasse ou à la Roche-sur-Foron l’harmonisation des horaires entre les trains et bus du Département et ceux de la Région Rhône-Alpes

 

Le CLE estime que ces aménagements ferroviaires sont indispensables et demande qu’un effort conséquent soit fait en faveur des transports publics en Haute Savoie, et dans l’Ain. C’est aussi le devoir des autres partenaires du projet d’agglomération, les cantons de Genève et de Vaud, la Ville de Genève d’encourager et d’aider la Haute Savoie, et l’Ain.