Livre vert

11 juin 2007

Non à une région à deux vitesses

Oui au développement durable de l’agglomération

La CEST et le CLE s’engagent pour que le projet d’agglomération franco-valdo-genevois améliore la qualité de vie de la population et favorise la cohésion sociale. On en est loin: de plus en plus, on voit se constituer une société à deux vitesses. Cette constatation concerne les deux côtés de la frontière. Elle recouvre l’économie et l’emploi, mais aussi le logement, la formation, la culture, l’environnement et la santé.

 

Le contexte actuel ressemble à une fuite en avant: accroissement des inégalités, gaspillage des ressources naturelles, prévisions de +100'000 emplois et + 200'000 habitants... Il est donc nécessaire de modifier les logiques économiques, pour assurer des emplois accessibles non seulement aux travailleurs très compétitifs, mais aussi aux personnes moins qualifiées. Dans le contexte de développement durable que nous appelons de nos vœux, il est indispensable que l'économie soit mise au service de la population.

 

Le projet d’agglomération que nous revendiquons concilie en effet vitalité économique avec équité sociale et défense de l’environnement. Cette démarche implique qu’un état des lieux soit établi sous ces différents angles afin d’en tirer un diagnostic et des objectifs stratégiques (la société 2000 watts en serait un). Parmi les buts principaux du projet, on devra trouver le renforcement de la cohésion sociale et la lutte contre la précarité et l'exclusion. Il est également indispensable de mettre un terme au mitage du territoire, afin de garantir des espaces viables à long terme pour l’homme et pour la nature. A condition de s’en donner les moyens, un développement urbain durable – relativement dense, mais avec moins de nuisances – est tout à fait compatible avec la sauvegarde de la biodiversité.

 

Afin de réaliser les objectifs de développement durable, il faudra privilégier l’écomobilité(transports publics et mobilité douce). Nous ne souhaitons pas que des routes nouvelles soient réalisées dans l’agglomération et proposons donc un moratoire routier. Nous souhaitons que les autorités de l’agglomération présentent un plan de déplacement régional, prévoyant un report modal sur des modes respectueux de l’environnement.

 

La population doit être non seulement informée et consultée régulièrement, mais impliquée dans le processus lui-même. Ainsi, la démocratie participative – qui reste à inventer à l’échelle de l’agglomération – devra se situer au cœur du projet d’agglomération. Le comité régional franco-genevois (CRFG) pourrait jouer ce rôle, mais seulement s’il est réformé pour s’ouvrir à la population civile.

 

L'adhésion des associations au projet d’agglomération dépend de la manière dont le projet prend en compte les préoccupations de la population – des deux côtés de la frontière – et sur la conformité du projet vis-à-vis des objectifs du développement durable

 

Table des matières

 

Points forts (résumé)

 

1.            Gouvernance

 

2.            Urbanisation

2.1.      Equilibre territorial

2.2.      Aménagement du territoire

2.3.      Logement

 

3.            Economie et Social

3.1.      Services publics

3.2.      Formation

3.3.      Santé

3.4.      Culture

 

4.            Mobilité

4.1.      Mobilité douce

4.2.      Transports publics

4.3.      Mobilité individuelle motorisée

4.4.      Mobilité durable

 

5.            Environnement

 

6.            L’agglomération dans son environnement (relations avec les territoires limitrophes)

 

7.            Proposition sur les taux de financement

 

8.            Tableau récapitulatif des infrastructures, avec coûts

 

9.            Le tram-train de Genève-Sud


Livre vert CEST-CLE
Prise de position de la CEST et du CLE sur l'avant-projet de "projet d'agglomération franco-valdo-genevois" du 11 juin 2007
Livre vert CEST-CLE.pdf
Document Adobe Acrobat [677.3 KB]
Livre vert CEST-CLE.pdf
Document Adobe Acrobat 676.5 KB