Consultation publique de juin 2011

Réponse du groupe mobilité Chablais

Par la présente, notre groupe, constitué d’usager-e-s et clients des transports publics de la région, vous fait part de sa réflexion à propos du projet Chablais Agglo mis en consultation publique jusqu’au 22 Juin 2011.

Nous avons constaté que la qualité du rapport a été bien améliorée quant à son contenu en comparaison à la version précédente, ou aux premières présentations publiques. Nous félicitons leurs réalisateur-trices pour le travail accompli.

 

En ce qui concerne l’amélioration du tracé de l’AOMC, ainsi que de la desserte qui en résultera, nous soutenons pleinement les mesures proposées. En effet, une desserte fréquente et de proximité, nous paraît plus importante encore que la diminution du temps de parcours. Toutefois, la ville de Monthey restera malheureusement encore mal desservie, particulièrement pour se rendre en direction de l’arc lémanique ou du nouvel hôpital du Chablais :  la promesse d’un temps de parcours de 12 minutes entre Monthey et Aigle nous paraît trop belle ; elle ne pourrait être atteinte qu’en supprimant les arrêts entre les deux villes, au détriment des stations intermédiaires. A cela s’ajoute la perte de temps et de confort lié au changement obligatoire en gare d’Aigle.

 

1. Boucle CFF Aigle-Monthey.

C’est pourquoi notre groupe propose d’inscrire clairement dans le projet l’étude et la réalisation d’une boucle CFF reliant directement la ligne du Simplon à la ville de Monthey : cette liaison, passant par Aigle et Bex, puis tournant vers Massongex en direction de Monthey ne nécessiterait la construction que d’un kilomètre de voies environ - et d’un pont - dans une zone non bâtie. Elle permettrait de desservir efficacement Monthey et sa région sans changement de train en direction de la Riviera. La desserte du futur terminal rail-route prévu à Monthey en serait améliorée, de même que celle des communes de Bex et de Massongex. Cette liaison permettrait d’atteindre l’objectif d’un trajet en 12 minutes entre Aigle et Monthey (Aigle-Bex 6 min, arrêt 1 min, Bex-Monthey 5 min environ).

 

Cette proposition a été reconnue de grande qualité par M. Conforti lors de la séance d’information Agglo du 7 juin dernier à Bex. Si elle a été écartée d’entrée, et par conséquent n’a fait l’objet d’aucune étude, c’est par crainte de voir cette possibilité faire concurrence à l’amélioration de la liaison par l’AOMC. Nous pensons que cette crainte est infondée, et qu’au contraire les améliorations obtenues inciteront à un transfert modal important de la voiture vers les transports publics, impératif à l’avenir.  Ces deux liaisons seraient complémentaires, comme cela s’est révélé le cas à d’autres endroits semblables en Suisse (banlieues de Bâle et de Zurich, Soleure-Niederbipp en prolongement jusqu’à Oensingen, ou encore Lausanne-Renens, desservi par les CFF, le TSOL (M1), la ligne 7 et le futur tram).

 

Nous avons consulté les CFF au sujet de la boucle Aigle-Bex-Monthey. Ils n’y sont pas défavorables et trouvent l’idée intéressante. Mais pour qu’ils entreprennent une étude à ce sujet, il faut qu’on la leur demande, et il est probable que les cantons concernés devront en financer une partie. Il s’agirait donc de demander, dès que possible, une étude définissant un tracé et son emprise sur le terrain, afin de réserver ceux-ci en prévision d’une réalisation.

 

Cette liaison, la desserte du nouvel hôpital ou celle des vallées de montagne font de fait partie d’une vision d’ensemble de la région et entrent par conséquent pleinement dans les objectifs d’Agglo. 

 

2. Desserte du nouvel Hôpital de Rennaz et prolongement des trains régionaux au delà de Villeneuve.

L’emplacement du nouvel Hôpital du Chablais, tout excentré qu’il soit, est définitif. Mais c’est aussi l’occasion d’améliorer de manière décisive les transports publics dans cette région. Or le projet Agglo ne propose pour la desserte de l’hôpital qu’un bus partant d’Aigle. Qui l’a déjà pris constate qu’il ne résoudra ni pour le personnel ni pour les visites la question de s’y rendre. Le fait d’y aller autrement qu’en voiture depuis Monthey, Bex ou des vallées, va relever de l’expédition. Agglo doit proposer absolument une solution plus convaincante pour toutes les communes concernées.

 

C’est pourquoi une solution par les CFF, selon nous la seule satisfaisante, reste indispensable. Par exemple, le prolongement du trajet des trains régionaux au delà de Villeneuve, jusqu’à St-Maurice et/ou Monthey est nécessaire. Depuis les gares de Villeneuve ou de Roche remise en service, des navettes efficaces pourraient assurer la correspondance avec chaque régional s’y arrêtant. Roche est une localité dont la croissance appelle la remise en service de la gare. Ce prolongement des régionaux répondrait aussi aux demandes des autres communes concernées.

 

Une autre solution pourrait résider dans la mise en place d’un arrêt CFF à Rennaz, avec liaison à l’hôpital par une navette automatique de type M2 ou Fun’ambule à Neuchâtel.

 

 

3. Mobilité douce.

Nous sommes déçus de constater qu'un réseau de pistes cyclables performant, offrant des liaisons rapides et directes entre les différents centres urbains n'est pas prévu dans ce projet. La région dispose aujourd'hui déjà d'un réseau de chemins 

cyclables pour circuler du nord au sud. Par contre, pour celui qui souhaite circuler d'est en ouest, il n'y a généralement pas d'alternative aux routes cantonales très fréquentées et dangereuses. Pour prendre un exemple, nous aurions souhaité voir un tracé en site propre reliant le sud d'Aigle et Ollon à Monthey et Collombey, passant par la gare de St-Triphon, qui fait par ailleurs fonction de parking d’échange.

Malheureusement, les infrastructures routières sont conçues de telle manière qu’elles constituent plus des obstacles à la mobilité douce que des outils en vue de son développement. Les ponts sur le Rhône et l’autoroute ou la route prévue à l’est de Monthey en sont des exemples. Les carrefours sont les pires endroits pour les cyclistes, laissés à eux-mêmes aussi bien pour y entrer que pour en sortir. Nous espérons que le terme de requalification utilisé dans le rapport comprend également des réponses à cette situation.

Ailleurs, dans les pays Nordiques, en Suisse alémanique ou à Séville par exemple, de nombreux modèles convaincants existent. 

 

4. Croissance.

Des pôles de croissance ont été définis, à l’intérieur des zones actuellement légalisées. Mais la croissance en tant que telle n’est plus une valeur à défendre. De nombreuses friches industrielles existent à Monthey, Aigle ou Bex. La priorité de réhabiliter d’abord ces zones avant d’aller mordre dans les terrains encore agricoles comme de nombreuses zones commerciales l’ont déjà fait, devrait être clairement établie. Nous savons bien que les bases légales sont faibles pour cela, mais proposer des mesures adéquates aux communes pour les encourager dans ce sens serait utile : par exemple des conditions d’achat ou des conditions fiscales plus intéressantes en cas de réhabilitation de terrains déjà construits. Par ailleurs, il nous paraît important de conserver le plus possible de zones de détente proches des habitations afin de ne pas détruire la qualité de vie qu’elles y apportent encore.

 

La situation des Communes concernées a été également abordée par le groupe :

 

5. Commune d’Aigle :

Un réaménagement du tracé de l’Aigle-Leysin nous paraît évident : emprunter le tracé de l’ASD actuellement en rénovation entre la gare et le dépôt, et aménager le raccordement entre ces deux lignes distantes de 150 mètres seulement permettrait à la fois d’éviter les coûteux travaux de rénovation de la ligne A-L en ville et de contribuer à remédier à la situation dangereuse au centre. 

Les autres mesures envisagées par le Copil, prolongement du REV, requalification des entrées en ville, parking de proximité aux Glariers nous paraissent judicieuses.

Le parcours en vélo entre la commune d’Aigle et sa zone commerciale ouest relève encore de l’impossible.

 

6. Commune d’Ollon :

Ce n'est vraiment pas évident à Ollon: La commune en est réduite à subir le trafic

de passage pour Villars et Gryon allant jusqu'à 6000 voitures par jour en hiver, de même que les poids lourds de l’industrie de la construction.

Il n'y a qu'une seule route avec en plus un virage directement à la hauteur des quelques commerces restant. Nous ne voyons que la solution peu originale mais néanmoins efficace, d'une série de "gendarmes couchés" pas trop hauts mais suffisamment serrés pour éviter les accélérations entre deux. Une fois la circulation ralentie, la cohabitation avec cyclistes et piétons deviendra plus supportable. Par ailleurs, encourager les touristes à laisser leur voiture à Bex et prendre le BVB contribuerait à diminuer le trafic routier d’altitude.

Et bien sûr c’est à la commune de défendre une liaison encore améliorée avec Aigle et Monthey par l’AOMC. La cadence à une demie-heure doit dans tous les cas être maintenue, et améliorée encore à l’avenir.

 

7. Commune de Monthey :

« L'amélioration du temps de parcours entre Monthey et Aigle constitue un des enjeux majeurs, en termes de transports publics, du projet d'agglomération du Chablais. » (Rapport de consultation, p.52)

 

Le groupe Mobilité Chablais reste convaincu de l’utilité de la desserte assurée par l’AOMC. Il salue en particulier la modification du tracé de manière à rejoindre la gare CFF de Monthey et la liaison avec le centre-ville. Toutefois, comme mentionné plus haut, nous pensons que l’avenir de ce chemin de fer réside plus dans un service de proximité que dans celui d’une liaison rapide avec Aigle. Même si le projet est à voir à plus long terme, la liaison CFF directe, entre Aigle et Monthey devrait être comprise dans le projet d’agglo. Ce point est d’autant plus important qu’au trafic voyageurs vient s’ajouter le trafic des marchandises lié à l’industrie chimique. A cet égard, le projet de terminal combiné, approuvé récemment par le législatif montheysan, entraînera, à n’en pas douter, un accroissement des flux commerciaux, actuellement déjà considérables sur le trajet concerné. Les CFF trouveraient un intérêt certain dans cette réalisation, car le rebroussement des trains à St-Maurice et les manœuvres qui y sont liées pourraient être supprimés. D’autre part, la complémentarité entre trafic voyageurs et marchandises permettrait d’abaisser les coûts d’exploitation. A long terme enfin, une liaison CFF entre Aigle et Monthey accomplirait la jonction entre la rive sud du Léman et la ligne du Simplon, inscrivant la région dans une perspective internationale.

 

Une prolongation des RER circulant actuellement jusqu’à Villeneuve, voire le remplacement de certains d’entre eux par des RE, pourrait assurer la desserte de Monthey, sans entraîner la mise en place de rames supplémentaires. Une desserte continue, sans changement de train à Aigle, apporterait un confort indéniable qui permettrait d’alléger le trafic pendulaire en direction de l’arc lémanique. Depuis quelques années, les axes aux entrées Nord et Sud de Monthey sont périodiquement engorgés aux heures de pointe. Les études réalisées à l’entrée Nord de Monthey (Transitec, 2003 & Citec, 2006) montrent au niveau de la RC 301 (giratoire du Boeuferrant) un accroissement en 3 ans, de près de 19 % du trafic journalier ouvrable (18'000 à 21'400 uv/j). Certes, ces mouvements ne sont pas tous le fait de pendulaires, mais une bonne liaison CFF allégerait sensiblement le flux des travailleurs se rendant sur la Riviera et rendrait peut-être inutile la construction coûteuse de la route de contournement prévue en marge de la zone commerciale de Collombey (centre Parc du Rhône et Casino notamment).

 

8. Commune de Bex :

La commune de Bex a tout intérêt à la réalisation de la boucle CFF que nous proposons et au prolongement du trajet des trains régionaux. Des horaires améliorés pourraient contribuer à la revalorisation et à une fréquentation accrue du BVB : il s’agit d’améliorer les correspondances en priorité en direction de l’arc lémanique, et d’étendre la circulation des trains en soirée. La requalification du centre de Bex passe évidemment par la suppression du trafic de transit au centre. Le passage du train en serait largement facilité.

Une amélioration de la desserte de la gare de Bex par les CFF, alliée à une extension des horaires du BVB, permettraient d’offir une réelle alternative au transport motorisé individuel pour les habitants des hauts (une partie des hameaux, Gryon, Barboleusaz et Villars-Chesières) ; cela faciliterait aussi le développement d’offres combinées train-ski ou train-activités d’été, en lien par exemple avec l’offre de libre-accès des mois d’été. Il n’est en effet actuellement pas possible de remonter en train au-delà de 21h, ce qui écarte le train pour celles et ceux qui passent la soirée en plaine. Tout ceci contribuerait à décharger le trafic sur la route Ollon – Villars – Gryon - Bex, traversant de nombreux villages et hameaux ainsi qu’à alléger le trafic à Ollon, Huémoz, Villars, Gryon et Bex.

 

9. Commune de Collombey-Muraz :

Dans cette commune, le projet Agglo propose en fait de nombreuses améliorations : si le déplacement de la ligne AOMC d’environ 250 mètres éloigne quelque peu les arrêts du centre historique de la localité, il se rapproche en revanche des nouvelles constructions puisque cette commune s’étend vers l’est. Les nouvelles zones d’habitation, grâce aux nouvelles haltes du Corbier et de Giovanola, vont se trouver mieux desservies.

La circulation routière sera facilitée sur la route principale élargie par la suppression de la voie AOMC. La sécurité devrait y gagner.

La nouvelle ligne du bus reliant Bex, Monthey, Collombey et Muraz représente aussi une amélioration importante. Par ailleurs, les autres lignes de bus seront maintenues.

 

10. Commune de Massongex :

Si la boucle CFF se réalise, la commune de Massongex pourrait bénéficier d’une liaison directe avec l’arc lémanique par un arrêt des trains régionaux. Le réseau de mobilité douce doit être amélioré aux passages critiques, surtout en direction de St-Maurice et Monthey. Un transport à la demande pourrait-il se greffer sur la ligne de bus Bex-Monthey-Collombey-Muraz ?

 

11. Conclusions

Le groupe Mobilité Chablais demande, dans le contexte d’un projet que nous pensons aller dans le bon sens :

  •  à la direction du projet d’entreprendre des démarches auprès des CFF pour analyser la viabilité d’une boucle reliant Monthey à Bex  et d’inclure cette variante dans le projet.
  •  aux cantons de Vaud et du Valais, de soutenir la desserte CFF comme étant à long terme, une solution avantageuse tant pour le trafic marchandises que pour le trafic voyageurs (amélioration du transfert modal très en retard dans le Chablais).
  •  aux services de la mobilité de ces deux cantons, de soutenir ces démarches, notamment en ce qui concerne l’amélioration des horaires et la prolongation du RER à Bex, puis à St-Maurice et/ou Monthey.
  • en matière de mobilité douce, rétablir dans le projet une liaison cyclable entre Ollon et Monthey, parallèlement au tracé de l’AOMC.
  • revoir concrètement les approches et traversées des ponts routiers sur le Rhône de manière à permettre le passage et la sécurité des cyclistes et des piétons.

 

Bex, le 20 juin 2011