Environnement

Il est indispensable de lier le développement durable à la notion d'empreinte écologique, une donnée comptable qui montre que nous utilisons dans nos sociétés l'équivalent de 2 à 3 planètes, les USA, 5 à 6. Étant donné que nous n'avons justement qu'une seule planète pour toute la population mondiale et que par exemple la Chine et l'Inde veulent avoir un développement comme le nôtre, nous n'avons pas d'autres choix que de réviser nos comportements de façon fondamentale.

Il nous faut une rupture dans nos politiques, aller vers une société de sobriété de moyens pour faire en sorte que nous puissions affronter le dérèglement climatique, les pollutions, les chocs sociaux, les pénuries de matières fossiles de façon moins brutale.

 

Le CLE et la CEST soutiennent le principe de la Société 2000 Watt *  et l’harmonisation  des politiques d'aménagement du territoire, de l'énergie, de la mobilité, des déchets pour tendre vers cet objectif .
* concept  initié par l'EPFZ, soutenu  par la Confédération.  

 

Amendements

 

  •  Faire de l'agglomération un modèle en matière de développement durable
  • Calculer l'empreinte écologique[1] de l'agglomération à intervalles réguliers pour mesurer les effets des mesures prises
  •  Plan régional en vue de réduire l’empreinte écologique
  •  Favoriser l'agriculture de proximité


[1] L'empreinte écologique mesure (en hectares globaux) la quantité productive de terre et d'eau nécessaire pour produire les ressources consommées par une population donnée et pour éliminer les déchets qu'elle a générés. Elle est aussi valable pour les grandes agglomérations, voir l’exemple du Grand Lyon.

 

Corridors (bio)-écologiques multifonctionnels.

Le concept de coupure verte est insuffisant, il s’agit aujourd’hui de proposer quelque chose de nouveau et de beaucoup plus ambitieux. Dans toute l’agglomération, et en particulier dans les régions frontalières, il faudrait mettre en place des corridors relativement larges (p.ex. 50 à 100 mètres). Ce serait un véritable réseau de pénétrantes vertes, totalement hors trafic automobile, construit surtout perpendiculairement aux frontières. Ces corridors mettront en réseau les secteurs où la faune et la flore peuvent se développer. A l’intérieur des corridors, il sera possible de circuler uniquement au moyen de la mobilité douce (piétons, vélos, rollers). Il faudrait sans doute entre 50 et 100 corridors écologiques pour l’agglomération, car nos associations estiment qu’il en faudrait une vingtaine, rien que pour le pays de Gex. Un tel plan serait évidemment à réaliser par étapes.

 

Gestion durable des matériaux de construction, déblais et déchets.

L'objectif est d'assurer l'approvisionnement local de la région en matériaux de construction, en produits d'excavation et en déblais. Ces matériaux étant de loin la principale ressource, en tonnage, utilisée par l'économie, il y a intérêt à utiliser les réserves locales afin d'éviter des transports coûteux et polluants depuis des régions plus éloignées. Pour la gestion des déchets, l'objectif est de répartir judicieusement les installations au niveau de la région, de sorte à éviter les transports inutiles et pour optimiser les coûts.