Les mesures pour lutter contre le bruit routier à Genève

Selon une étude récente plus de 40% de la population vivant dans la ville de Genève serait victime des effets du dépassement des normes de bruit routier. Les effets à long terme d'une telle exposition sont encore peu connus. Néanmoins les premières estimations alarmantes des conséquences d'une exposition prolongée à des bruit d'un niveau sonore relativement élevé poussent les décideurs publics à mettre en oeuvre des politiques visant à réduire ce phénomène urbain.

 

"La Ville de Genève a l’obligation légale de protéger ses habitants du bruit produit par la circulation des véhicules. La Confédération a fixé un délai au 31 mars 2018, à partir duquel les valeurs maximales autorisées ne doivent plus être dépassées.

Pour réduire les nuisances sonores dues à la circulation, la Ville de Genève mise sur des mesures à la source, en agissant au niveau de la production du bruit. Il s’agit notamment de:

  • diminuer le nombre de véhicules sur les routes, en favorisant les modes de déplacement «doux» et les transports publics;
  • réduire la vitesse des véhicules, par exemple en créant des zones 30 km/h;
  • supprimer le trafic de transit à l’intérieur des quartiers;
  • mettre en place des revêtements qui absorbent mieux le bruit;
  • diminuer la largeur des chaussées, pour modérer la circulation.
La fiche A11 du Plan directeur communal contient des renseignements détaillés sur la question du bruit routier".
a11-plan-directeur-communal-2009-ville-g
Document Adobe Acrobat 395.0 KB