La pollution sonore

«Dans la partie occidentale de la Région européenne de l’OMS, le bruit causé par la circulation concourt chaque année à la perte de plus de 1 million d’années de vie en bonne santé suite à la morbidité, à des invalidités ou à une mortalité prématurée. C’est la principale conclusion du premier rapport évaluant la charge de morbidité due au bruit ambiant en Europe et publié aujourd’hui par l’OMS/Europe. Les nuisances sonores sont à l’origine non seulement de désagréments et perturbations du sommeil, mais aussi de crises cardiaques, de troubles de l’apprentissage et d’acouphènes». A la vue de ce constat nous nous étonnons de l'affirmation que "le bruit n'est pas une thématique transfrontalière" (fiche 134). Bien que la gravité de la situation ne soit pas niée ( 30'000 personnes exposées aux normes d'alarme, 90'000 aux valeurs limites à Genève, nombreux points noirs côté français) le PA2 semble se limiter à l’analyse de la situation en mettant en exergue les besoins d’action comme «compléter les mesures d'exposition au bruit» ou encore «assainir les sites à l'origine des nuisances sonores excessives». Aucune mesure d’urgence n’est envisagée à ce stade malgré la gravité de la situation qui ne va que se dégrader en prenant en compte l’évolution croissante de la démographie du trafic routier  ferroviaire et aérien.